Kiosque

La presse en parle

Découvrez un extrait de biographie

extrait-mousseron-1-1

 

Télécharger l’extrait de la biographie familiale à laquelle je contribue actuellement « extrait-mousseron

 

 

 

Ce que je voulais vous dire

COUV CG_rogné40 ans de vie publique résumés en 300 pages. Et un parcours rare : celui d’un élu, ancien maire, passé de l’autre côté du miroir, le corps préfectoral. De Saint-Aignan de Grand-Lieu à Lesparre-Médoc, en passant par les Pyrénées-Atlantiques, la Moselle, la Mayenne, sans oublier Bercy (ministère du budget et de la réforme de l’Etat) et place Beauvau (ministère de l’Intérieur), Claude Gobin a déroulé « comme un fil intérieur, que je savais relier à un socle solide » sa carrière, commencée à l’été 1975 à Paris, loin de la ferme familiale. Merci de votre confiance, monsieur Gobin, et ravi de vous avoir aidé à « livrer » ce récit marqué par les valeurs qui vous animent depuis l’enfance.

Tranches de vie

11301-1904-sur le chemin des mots-livre 1er de couv_page-0001 (1)11301-1904-sur le chemin des mots-livre 4e de couv_page-0001

 

 

 

 

 

 

 

Bouaye sous l’occupation allemande, un papa déporté STO, une maman à qui ce livre est dédié et une marraine inoubliable venue de Tchécoslovaquie. Le château de la Sénaigerie, celui du Bois de la Noë, les Forges et Trentemoult. Une enfance et une adolescence insouciante, à la ferme, à pêcher sur le lac de Grand Lieu, à jouer dans l’atelier du grand-père, menuisier ébéniste. Les vendanges avec papa Étienne. Mémé Marcelle, la tapissière hors-pair, l’herboriste, la seconde maman. Et Georges Tougeron, le beau-père, le complice. A la fois biographie familiale, livre de souvenirs, galerie de portraits et récit de soi, Tranches de vie est à l’image de son auteur, André Alvado : sensible, généreux… vrai. Achevé d’imprimer en avril 2019.

Il y avait toujours quelque chose à faire

couv-2Il ira loin le petit, avait prédit son grand-père. « Je ne suis pas allé bien loin, en définitive. Je suis resté à la Hervière. Mais il y a toujours eu quelque chose à faire : la ferme, la vie municipale, la vigne, les réunions ici ou là, les plantations d’arbres, la famille… » Dans un livre qui lui ressemble – sensible, touchant, humble – Michel Ferré a rassemblé ses souvenirs. L’ancien agriculteur-maire de Saint-Michel-Chef-Chef raconte ce que sa génération a connu. Il remonte le temps et retrouve ceux qu’il a aimés. Il témoigne du fait que les hommes – comme les arbres qu’il aime tant – pour pousser haut ont besoin de racines profondes et vigoureuses ! Une belle leçon de vie. Parution mai 2018. 

Quand bien même c’était écrit

couv-3
Mars 2018. C’est une très jolie surprise que Michel a « livrée » à ses proches, avec le récit des dix-sept premières années de sa vie à Treize-Septiers (Vendée). Les travaux à la ferme. L’école. Les nids de pie. Les guirlandes de feuilles de tabac. Les dimanches au basket avec les copains. Les caves. Et tout s’est arrêté brutalement le 12 octobre 1980, au détour d’un virage, sur sa « vieille bleue ». L’hôpital Saint-Jacques à Nantes, une longue période de rééducation – quatre années – et quand bien même c’était écrit, il faut se remettre debout. Aller de l’avant. Tourner la page. Une belle leçon de courage. Un témoignage formidablement vivant !

Une enfance à Saint-Michel Chef-Chef

couvDécembre 2017. Léon et Joseph ont fait un joli cadeau de Noël à leurs enfants et petits enfants, avec ce livre qui rassemble leurs souvenirs d’enfance à Saint-Michel-Chef-Chef. Ils ont deux ans quand la guerre est déclarée. La vie quotidienne sous l’Occupation, ses conséquences sur leur vie d’écolier, les années de privation, mais aussi… la chasse aux nids de pie, les cabosses sous les sabots, le travail à la ferme, la gui l’an neuf : ils y repensent !

Comme des retrouvailles impossibles

couvLivraison d’automne 2017. Marie a quinze ans et l’Histoire va s’emparer de son histoire. Sa petite fille, Valérie, rend hommage à sa grand-mère disparue un an plus tôt, mais aussi à ce grand-père, Georges, qu’elle n’a jamais connu. De Fumay dans les Ardennes, à Saint-Médard-des-Prés en Vendée, le passé familial refait surface. La guerre. L’Exode. L’occupation allemande. Et ces plaies qu’il faut panser, la vie qui reprend ses droits, l’amour…

Il était une fois un maçon

couvMerci à Marcel pour cette agréable promenade sur le chemin des mots (les siens), commencée au mois de décembre 2016 et terminé en mai 2017. Le jeune homme de quatre-vingt huit ans raconte avec naturel et bonne humeur  ses souvenirs de pêche, de chasse et de jardinage ; toute une vie à la Plaine-sur-mer, avant et après guerre, en famille et entre copains ; une histoire, la sienne et celle de ses proches, faite de bonheurs simples. Un livre en hommage à ceux qui lui ont montré la voie. « Et si ma mémoire m’a peut-être joué des tours, ce n’est pas si important. L’essentiel est même ailleurs… » comme il l’écrit.