BLOG – Francophonie

flag_of_la_francophonie-svgClap de fin pour le XVIe Sommet de la francophonie qui s’est achevé dimanche 27 novembre à Madagascar. Mais la francophonie, qu’est-ce que c’est ? A quoi cela sert-il ? Quelques réponses et… notre quiz !   

Étymologiquement… le terme « francophone » est composé du préfixe « franco- », un raccourci de « français », et de l’élément grec « phone », qui signifie « voix, son, langage ». Un francophone, c’est donc une personne qui parle le français. On parle ainsi de « lusophone » pour évoquer les gens qui parlent le portugais, ou encore d’« hispanophone » pour ceux qui parlent l’espagnol.

C’est au géographe français Onesime Reclus (!) que l’on doit l’invention du terme francophonie, en 1887, pour décrire l’ensemble des personnes et des pays utilisant le français. A l’époque… 20 millions de personnes. Deux siècles plus tard, on évalue le nombre d’hommes et de femmes parlant français dans le monde à 274 millions, répartis sur les cinq continents.

On parle de francophonie avec un « f » minuscule pour désigner cette communauté de gens qui parlent le français, et de Francophonie, avec un « F » majuscule, pour désigner le dispositif institutionnel organisant les relations entre les pays francophones. La Conférence des chefs d’Etat et de gouvernement, communément appelée « Sommet de la Francophonie », se réunit tous les deux ans : c’est l’instance suprême de la Francophonie. Son but ? Renforcer les liens entre les pays employant la langue française et développer son usage à travers le monde. Et tenter de résister à la domination de la langue anglaise…

Place au quiz !

  1. Parmi les langues les plus parlées dans le monde, en quelle position se place le français ? A. Deuxième B. sixième C. douzième place ?
  2. Combien de pays sont membres de l’Organisation internationale de la francophonie (depuis le 26 novembre dernier) ?
  3. Aux Etats-Unis,dans quel Etat trouve t-on encore une importante culture francophone ?
  4. Quel poète, écrivain, homme politique français, puis… sénégalais, a été l’un des pionniers de la francophonie ?
  5. Le Français est l’une des langues officielles du Vatican. A. Vrai  B. Faux
  6. Quel pays organisera le prochain Sommet de la Francophonie ?

Réponses : 1. B (après le mandarin, l’anglais, l’espagnol, l’arabe et l’hindi)    2. 84 (les quatre nouveaux membres sont : La Nouvelle-Calédonie, collectivité d’Outre-mer française ; l’Argentine ; la Corée du Sud  et la province canadienne de l’Ontario)   3. La Louisiane   4. Léopold Senghor (1906-2001)  5. Vrai   6. L’Arménie. 

 

 

BLOG – Rebattre ou rabattre ?

Est-ce que vous connaissez… la paronymie ? C’est une ressemblance « imparfaite » entre deux mots. Exemple : rebattre et rabattre. Alors que l’homonymie, c’est une ressemblance absolue entre deux mots. Soit graphique, soit phonétique (soit les deux), mais leur sens diffèrent. Exemple : il était une fois, dans la ville de Foix, un marchand de foie (paronymie).

Pour faire simple, [la paronymie] ce sont des mots qui sont très souvent confondus parce qu’ils se prononcent presque de la même façon. Et donc, ils nous enduisent d’erreur… Oh ! pardon : induisent en erreur. La paronymie, mieux vaut s’en amuser, parfois.

« On nous rabat tous les jours les oreilles avec les primaires » ai-je entendu sur les ondes d’une radio dont je tairai le nom, ce matin. Cela m’a rappelé cette faute de langage, déjà relevée en 1991 par Jean-Pierre Colignon, dans Ce français qu’on malmène (Editions Belin) :rebattre_rabattre

Vous l’aurez compris : rebattre les oreilles signifie – au sens figuré –  « répéter inutilement et d’une manière ennuyeuse (lasser) ». Le Robert nous apprend qu’au XVIe siècle, battre les oreilles de quelqu’un signifiait « fatigués, assourdir quelqu’un ». Le préfixe re- a ainsi accentué ce sens de coups répétés, déjà présent dans le verbe… battre.  

Mais le terme rebattre signifie aussi et avant tout « battre de nouveau ». Il est employé comme terme de jeu dans l’expression rebattre les cartes c’est-à-dire « les mêler de nouveau ». Ce dont il était question, précisément, aux récentes primaires !

lescartesrebattues

 

Quant à rabattre, employé souvent à tort, il signifie ramener à une position plus basse. A la limite, rabattre les oreille de quelqu’un, serait… les lui abaisser ! Exemple : Ce chapeau est si grand qu’il lui rabat les oreilles.

Et moi, est-ce que je vous rebats les oreilles avec ce paronyme ? Si non… rendez-vous prochainement sur ce blog, avec le « Sans faute n°5 », spécial confusions (paronymiques).

 

BLOG – Sans faute (4)

grenouilleWeek-end pluvieux, week-end studieux ? L’orthographe est surtout… un jeu. Voici les réponses au « Sans faute » du mois dernier et un nouveau quiz : dix phrases, dix fautes. A vous de jouer !

 

 

 

  1. J’ai été prendre l’air en ville le week-end dernier.
  2. Il n’y a pas eu un accro à la rentrée scolaire.
  3. Ce bâtiment municipal a été construit dans les années quatre-vingts.
  4. Il pense inviter neuf à dix camarades de classe pour son anniversaire !
  5. Après l’entraînement de basket, il l’a raccompagné jusqu’à chez elle.
  6. Les façades de certaines maisons sont décrépites
  7. La patronne arrive dans une demie-heure.
  8. La deuxième et la troisième pages de ce livre sont déchirées.
  9. Il était attendu à cette réunion, mais il a eu un contre-temps.
  10. Au bout d’un an, il parle Français couramment.

Au « Sans faute » du mois d’octobre, il fallait écrire :

  1. Ce cours de philo nous incite à penser différemment.
  2. La stagiaire est tout épatée de l’assurance dont tu fais preuve avec les clients.
  3. Ci-joint les formulaires à compléter.
  4. Tu devrais adresser directement ta réclamation au fabricant.
  5. As-tu vu l’heure ? Tu n’étais pas censé rentrer si tard.

Et voici la réponse à la « question piège » : ballade ou balade ?

Une balade est une promenade, balader signifie se promener. Une ballade – avec deux l – a un sens tout à fait différent : il a désigné un poème, avant de désigner aujourd’hui un morceau de musique, poétique…  Si on vous fait danser, c’est une ballade. Si on vous fait marcher, c’est une balade !

BLOG – lune ou Lune ?

earth-145406_640

Soleil, Terre ou Lune s’écrivent avec une majuscule initiale lorsqu’ils désignent l’astre, la planète ou le satellite, dans l’absolu. Comprenez : avec une vision essentiellement scientifique. L’atmosphère de la Lune. Le premier pas de l’homme sur la Lune. On ne met une majuscule à « Lune » que quand il s’agit réellement du satellite naturel de la Terre. Ce lundi 14 novembre 2016, la Lune nous apparaîtra particulièrement grande et lumineuse. Et s’écrit avec une majuscule !

Dans les autres cas, considérez que ces mots s’écrivent avec une minuscule. C’est-à-dire, très souvent, dans les expressions figurées, où l’astre est vue de façon relative… Quand il est question, pour faire encore plus simple, du disque lumineux visible dans le ciel (et non pas de l’astre en lui-même). Un beau coucher de soleil. Une lune de miel. Ameuter la terre entière. Le soleil a rendez-vous avec la lune… Ce lundi 14 novembre, il s’agit donc bien d’une… super-lune (avec un trait d’union, mais nous y reviendrons une autre fois !)

Pour terminer (et pour l’anecdote), en France, cette super-lune sera à son apogée à 14h52. Ce qui rendra donc son observation difficile puisqu’il fera jour. Et dire que je ramène « ma » science pour cela… Désolé.

 

 

 

BLOG – Célébrer ou commémorer ?

laguerreestfinieOn fête ou on célèbre un anniversaire, on ne le « commémore » pas, car « commémorer », c’est remettre en mémoire un événement. En fait, on commémore l’événement dont on célèbre l’anniversaire ! Exemple : demain, vendredi 11 novembre, nous commémorerons l’armistice de 1918 ou on célèbre l’anniversaire de ce fait historique. Autre exemple : chaque 14 juillet, on commémore la prise de la Bastille et on célèbre l’anniversaire du 14 juillet 1789. Commémorer le souvenir (remettre en mémoire un souvenir…) est donc un pléonasme !

La question piège de la semaine : avoir affaire ou avoir à faire ? La réponse la semaine prochaine sur ce blog.

Au « Sans faute » de la semaine dernière, il fallait écrire :

  1. Ce cours de philo nous incite à penser différemment.
  2. La stagiaire est tout épatée de l’assurance dont tu fais preuve avec les clients.
  3. Ci-joint les formulaires à compléter.
  4. Tu devrais adresser directement ta réclamation au fabricant.
  5. As-tu vu l’heure ? Tu n’étais pas censé rentrer si tard.